VOIR L’HISTOIRE EN PEINTURE

De Napoléon à la Première Guerre mondiale, des derniers feux de la peinture d’histoire à la naissance de l’art moderne, en passant par les débuts de la photographie et du cinéma, ce film propose une traversée du XIXème et du début du XXème siècle en peinture.

Ce sont les œuvres elles-mêmes, signées David, Daumier, Courbet, Manet ou Monet qui nous embarquent dans le grand roman historique français et européen.  

Un documentaire (52') de Jean-Baptiste Péretié

 

Une coproduction Schuch Productions / Musée d'Orsay / ARTE France

 

11-Septembre. Guerre du Vietnam. Guerre d’Algérie. Débarquement de Normandie. Nazisme. Stalinisme. Guerre civile espagnole. L’histoire du XXème siècle, comme celle du début du XXIème, fait image. Ses grands moments paroxystiques ont généré des icônes, photographies et films d’actualité, puis fictions cinématographiques souvent produites par la grande machine hollywoodienne. Au point que par un phénomène de double réduction – l’histoire se résume à un événement et l’événement à une image – nous identifions immédiatement certaines séquences historiques à une photo, une bande d’actualité filmée, ou une superproduction américaine. La Guerre d’Espagne, c’est un soldat républicain fauché par une balle, en train de tomber. La Guerre du Vietnam, c’est une petite fille nue qui court en pleurant ou un plan d’Apocalypse Now.

 

Ce mode de représentation de l’Histoire, on peut grossièrement le faire remonter à la Première Guerre mondiale, premier conflit à avoir été massivement filmé et photographié. Ce sera, pour le film que nous voulons faire, le point d’aboutissement du récit. Le point de départ se situera, lui, environ un siècle plus tôt, lorsque la grande peinture, celle que l’on appelait précisément la peinture d’histoire, avait encore pour « mission » de figurer les grands événements et les grands personnages du temps : Marat assassiné dans sa baignoire, Napoléon franchissant le col du Grand Saint-Bernard ou La Liberté guidant le peuple, pour ne prendre que des exemples célèbres.

 

Entre les deux, nous raconterons un moment de basculement : l’affaiblissement progressif, mais irrémédiable, de la peinture d’histoire et l’avènement de l’art moderne. Ce basculement, inséparable de la modernité politique – la démocratie – et technique – l’invention de la photographie et du cinématographe – nous permettra de comprendre comment en à peine plus d’un demi-siècle, alors que le monde passe de la diligence à l'aéroplane, l’art passe, lui, de la peinture historique au cubisme.

En transformant radicalement ou en rompant avec la peinture classique, en s’affranchissant des contraintes académiques, Courbet, Manet et quelques autres inventent l’art des temps nouveaux. La peinture devient, sous leur impulsion, son propre sujet.

En chemin, notre récit traversera les grands bouleversements du XIXème siècle et du début XXème siècle : les transformations sociales, les guerres et les révolutions…

 

 

L'AUTEUR-REALISATEUR

 

Jean-Batiste Péretié a réalisé plusieurs documentaires remarqués, parmi lesquels : 

 

2013 : Allemagne, l’art et la nation (52’, Arte, Musée du Louvre) – Une histoire de l’Allemagne à travers la peinture, du Romantisme à l’Expressionnisme et du Dadaïsme à « l’Art dégénéré ». Sélection au Festival international de Montréal

2012 : La Revanche des Geeks (52’, Arte) – Une histoire de la culture geek des années 70 à aujourd’hui, ou comment les losers d’hier sont devenus les winners d’aujourd’hui. Diffusion sur Arte, TV5, TSR, LCP, RTBF, SVT et Channel 8

2011 : Voyage au bout de Céline (52’, France 5) – Une histoire de la France des années 30 et 40, à travers la dérive idéologique d’un génie littéraire. Primé au Festival international de Montréal ; Etoile de la Scam

2010 : co-réalisateur de la série Afrique(s), une autre histoire du 20e siècle (4x90’, France 5). Sélection au festival de Pessac ; Etoile de la Scam pour le premier épisode.

 



Partagez