SAGAS OPERA

Les duos d’amour de Lully n’ont rien à voir avec ceux de Verdi, la mort d’Isolde mise en scène par Wieland Wagner ne ressemble pas à  la même mort d’Isolde vue par Patrice Chéreau, Maria Callas en Lucia di Lammermoor n’est pas folle de la même manière que Natalie Dessay. Raconter comment l’opéra s’empare de thèmes universels, c’est dessiner à la fois une histoire des mœurs, de la musique, des compositeurs, du théâtre, des divas et… de l’opéra.

Une collection d’opus de 45’ écrite par Gérard Pangon, François Lafon et Lydia Erbibou

 

Réalisée par Lydia Erbibou

 

Coproduction avec ARTE FRANCE

 

Diffusion sur Arte vendredi 12 juillet à 20h45

 

A consulter : une sélection de la revue de presse :



TELECHARGER LE PDF

 

 

Construit à partir d’extraits d’opéras filmés, chaque épisode de Sagas opéra est consacré à un thème. Il est construit avec des personnages d’aujourd’hui qui évoluent dans un univers où se mêlent réalité et féérie : coulisses de théâtre, rues impersonnelles, costumes de jadis, squares urbains… Au fil de la balade, les éléments de décors permettent des échappées vers les mondes de l’opéra, avec des extraits, des éléments graphiques retravaillés (ombres chinoises, photos, partitions, gravures…), un travail sur le son qui assure l’atmosphère. Les personnages sont muets mais une voix off les accompagne, raconte une histoire qui s’appuie sur des anecdotes, des éléments historiques, biographiques et musicaux, à destination d’un large public. La mise en parallèle des extraits, le rythme des images et celui du récit mènent le spectateur au cœur du sujet sans jamais donner de leçon, ni imposer de théorie, mais juste en donnant à voir et à ressentir.

 

 

 

LE PREMIER OPUS : Complots à l’opéra

 

De Rigoletto à Tosca en passant par La Khovanchtchina, La Clémence de Titus ou Le Couronnement de Poppée, l’opéra se nourrit de complots et de machinations. L’opéra du XIXème siècle est friand de ces situations, Verdi, en particulier, dont l’œuvre mêle souvent politique et sentiments : Rigoletto, Un bal masqué, Ernani, Les Vêpres siciliennes... D’autres, comme Mozart ou Monteverdi, explorent le complot à travers des récits de l’Antiquité. D’autres, enfin, s’intéressent aux complots fomentés par des sorcières, des fées ou des magiciennes. Tourné au Centre National du Costume de Scène installé dans une caserne construite au XVIIIème siècle à Moulins dans l’Allier, le premier épisode de cette collection entraîne dans un univers où les costumes évoquent des personnages, des mises en scène, des chanteurs. Au détour d’un décor, d’un escalier, d’une vitrine, l’opéra se met à revivre à travers des extraits qui peu à peu s’emparent de deux personnages qui parcourent ce lieu magique.

 

Attirés par une musique qui les fascine, deux personnages pénètrent dans un bâtiment apparemment endormi dont la façade s’est brusquement couverte de somptueux costumes. A l’intérieur, une voix les interpelle. Ils partent à sa recherche de celui qui parle, quand surgit devant eux une scène de Rigoletto, l’enlèvement de la fille du bouffon par les courtisans. Les images s’évanouissent ; ils reprennent leur périple, trouvent un audioguide, se laissent emporter. Nouvelle surprise : une foule chuchote, semblent les attendre et tombent en plein coup de théâtre : Charles Quint démasque Ernani et tous ceux qui complotaient sa mise à l’écart. De simples enquêteurs à la recherche des arcanes de l’opéra, les deux personnages sont peu à peu envahis par l’atmosphère de complot qui baigne ce lieu. Les voilà qui se prennent pour les mafieux des Vêpres siciliennes, les amants d’Un bal masqué, les victimes de Tosca… Leur quête continue coûte que coûte en dépit des pièges, des conjurations et des complots qui parsèment les opéras et, simultanément, les atteignent. Ils finissent par s’échapper de ce lieu insolite et mystérieux, prêts à renaître après cette troublante traversée.

 

REGARDEZ UN EXTRAIT SUR LE SITE D'ARTE !

 

http://www.arte.tv/guide/fr/048753-001/sagas-opera 

 

 

AUTRES OPUS :

 

     Maîtres et valets à l’opéra

 

     Perdre la raison à l’opéra

 

     La jalousie à l’opéra

 

     Mourir à l’opéra

 

     Le feu à l’opéra

 

 

 

Après avoir soutenu une thèse de doctorat en Chimie, Gérard Pangon enseigne en lycée, dirige pendant cinq ans les Fiches du cinéma, puis entre à Télérama en 1986 au service cinéma. De 2004 à 2009, il anime une émission quotidienne sur Radio Classique. De 2008 à 2009, il dirige la rédaction du Monde de la Musique, avant de créer en 2009 le site musikzen.fr, consacré à la musique classique.

 

Journaliste et critique musical, François Lafon rejoint en 1978 Le Monde de la Musique, comme chef de rubrique puis rédacteur en chef, tout en animant et produisant des émissions sur Radio Classique. En 2009, il crée avec Gérard Pangon le site musikzen.fr.

 

Jeune réalisatrice et scénariste, Lydia Erbibou s'est fait remarquer par ses publicités originales pour Radio Classique et Adidas, récompensées lors des éditions 2010 et 2011 du festival EICAR. Par ailleurs pianiste de talent, elle a obtenu le prix du Conservatoire Nice Antibes en 2001.


 



Partagez