PROJET CASTELLUCCI

Conçu comme une série, Nicolas Klotz pénètre le labyrinthe mental de Romeo Castellucci, artiste contemporain majeur, et tente de mettre en lumière son processus créatif. Ce triptyque questionne l’homme de théâtre, l’écoute, en innovant le rapport des images et du son avec le théâtre. Go Down, Moses, Schwanengesang D744 et Cerveau-couleur ont été réalisés à partir de trois de ses spectacles présentés au Festival d’Automne 2014.

Un triptyque vidéo de Nicolas Klotz

 

Schuch Productions / Culturebox

 

 

 

"La transgression des frontières entre les arts et les nouveaux supports de diffusion ont créé des modes de  visions et d’écoutes tout à fait innovantes. Nous ne sommes  pas seulement des regards, mais aussi une écoute. Bien sûr, le cinéma. Le cinéma, encore et toujours. En réalisant ce triptyque vidéo consacré à Romeo  Castellucci, je découvre à quel point le cinéma habite l’oeuvre de ce très grand artiste italien. Pas le cinéma en tant qu’images, le cinéma comme  système nerveux.

 

 

Comment  définir le travail de Romeo avec des  mots d’hier ? Théâtre ? Performance ? Art contemporain ? Tout cela à la fois et en même  temps, tout autre chose. Autre  chose  qui se passe dans votre  cerveau, qui pense en même temps que vous et contre vous.  Romeo est un Alien.  Un alien logé en vous, qui prend possession de  vos nerfs au fur et à mesure que vous entrez son travail. Peintre du Quattrocento, primitif électronique, violence orageuse, ses oeuvres pourraient être une série de fragments filmés prélevés dans un rêve du philosophe Giorgio Agamben. Elle explose la linéarité du temps, pour se connecter à notre  cerveau-couleur, nous projetant dans plusieurs temps à la fois.

 

 

A l’occasion du portrait que  le Festival d’Automne a consacré à Romeo Castellucci, j’ai filmé pour  Culturebox son triptyque Go Down,  Moses - Schwanengesang D744 - Le Sacre du Printemps avec une  petite  caméra BlackMagic. Je l’ai ensuite  filmé dans un café pour  lui poser toutes  sortes  de  question sur ce que  j’avais vu. Voyage, rencontre, expérience, pensée, le Projet Castellucci nous  invite à partager tout cela à la fois."

- Nicolas Klotz - 

 

 

 

 

 

Go Down, Moses (62'39'')

 

 

C’est l’histoire d’une jeune mère qui accouche de son enfant, Moïse, dans les toilettes d’un McDonald’s puis l’abandonne dans la ville. La police qui veut sauver l’enfant, l’interroge, essaye de savoir ce qu’elle en a fait.  Tout d’abord mutique, la jeune mère s’enferme dans son silence, puis confie à l’inspecteur qu’elle l’a jeté dans le fleuve pour que ce fils, Moïse, « sauve l’humanité ». Fait divers ? Folie ? Ou rupture dans l’espace temps ? Après être entrés dans le cerveau de la jeune mère, apparaissent d’autres hommes et femmes dans une caverne, et un autre enfant, il y a 10 000 ans…

 

 

 

 

Schwanengesang D744 (60'59'')

 

 

Ça pourrait être un cabaret à Berlin pendant la guerre, ou une soirée bourgeoise. Les numéros se succèdent. Une chanteuse, belle comme une héroïne de Hitchcock ou de David Lynch, donne un récital Schubert. Le pianiste l’accompagne. Elle est radieuse puis peu à peu se sent mal, tant elle est habitée par les paroles qu’elle chante comme si c’était ses propres paroles. Elle s’effondre doucement sous nos yeux, continue à chanter dos au public, puis contre le mur au fond de la scène.  Ensuite apparait une autre femme, une actrice, toute aussi belle sortie d’un film de Dreyer, qui au moment de reprendre le texte de Schwanengesang D744 (Le chant du cygne) croise le regard du public, interrompt brutalement son numéro et le cauchemar commence.

 

 

 

 

Cerveau-couleur (48'48'')

 

 

40 machines industrielles pilotées par des ordinateurs font voler, danser, pleuvoir, plusieurs tonnes de poussière d’os d’animaux dans les nappes et les rafales du Sacre du Printemps de Stravinski. Sacrifice offert à la terre pour qu’elle donne fruits et nourriture aux hommes ou catastrophe post-nucléaire ? Pendant que nous pénétrons dans les mouvements quasi-industriels de cette oeuvre prophétique, nous voyageons avec Romeo Castellucci depuis un café parisien, dans les images et les sons des deux précédents épisodes du triptyque : Go down, Moses et Schwanengesang D744. Dans ce voyage, il raconte avec quelles idées il a travaillé, sa vision des trois oeuvres, et son idée du théâtre.



Partagez