LES VIES POSSIBLES DE CHRISTIAN BOLTANSKI

« La vérité est devenue quelques chose d’ambiguë. En tant qu’artiste, tu ne dois pas dire la vérité, tu dois la faire ressentir ».
Christian Boltanski a toujours été un artiste du sentiment. Que ce soit avec ses grands monuments à l’enfance disparue, ses boîtes de biscuits pleines de souvenirs d’individus anonymes ou ses étagères remplies de vêtements usés, cet artiste français né en 1944 et célébré dans le monde entier est un maître de l’espace théâtral, un metteur en scène de l’émotion. Un plasticien qui pense en images et parle en contes. Jamais de message, jamais de « l’art pour l’art ». En photo ou en vidéo, en performance éphémère ou en installation monumentale son art ne traite que d’un seul et même sujet: la rébellion contre la disparition, l’oubli, la mort. « Tout art est surtout une tentative d’empêcher la mort, la fuite du temps ».

2010, 52'

 

Documentaire réalisé par Heinz Peter Schwerfel  

Arte France  

 

Sortie d’un DVD-catalogue pour l’exposition de l’artiste dans le cadre de Monumenta

http://www.arteboutique.com/

 



TELECHARGER LE PDF

Un plasticien qui pense en images et parle en contes. Jamais de message, jamais de « l’art pour l’art ». En photo ou en vidéo, en performance éphémère ou en installation monumentale son art ne traite que d’un seul et même sujet: la rébellion contre la disparition, l’oubli, la mort. « Tout art est surtout une tentative d’empêcher la mort, la fuite du temps ».

  Les vies possibles de Christian Boltanski propose un voyage dans l'œuvre et l’intimité de l’un des artistes français les plus connus à l'étranger. A l’occasion de la préparation de l’édition 2010 de « Monumenta », le film accompagne l’artiste - lui, le mauvais voyageur - autour du globe à Paris, à Berlin et au Japon. Il montre des œuvres monumentales, mais peu connues car parfois enfouies dans les sous-sols, présente des archives inédites et confronte l’artiste à son propre passé et à son avenir. Christian Boltanski évoque ses vies véritables et possibles, parle d’humanisme, de religion, d’utopie et explique son grand projet des archives du cœur, projet qui réunira des dizaines de milliers de battements de cœur dans un endroit très lointain, quelque part entre l’île Utopia et l’au-delà…
 
  Né en 1944 à Paris, Christian Boltanski est l’un des artistes majeurs de la scène contemporaine française. Artisan de la mémoire, plasticien du temps, il tisse l’ensemble de son œuvre de références biographiques, celle de sa vie, celle des autres, celle d’anonymes, qui s’accumulent et forment un ensemble composite de souvenirs bruts à forte charge émotionnelle.   Autodidacte, Christian Boltanski pratique principalement la peinture jusqu’à la fin des années 1960. Il crée en 1968 l’œuvre qu’il considère comme fondatrice de sa toute sa démarche artistique à venir : le livre d’artiste « Recherche et présentation de tout de qui reste de mon enfance, 1944-1950 ». À partir de ce moment, l’artiste joue avec les codes de l’autobiographie et reconstitue des objets ou des situations de son enfance, réelles ou fictives.   L’art profondément humain de Christian Boltanski a acquis depuis 1980 une reconnaissance internationale et une notoriété publique bien au-delà des frontières habituelles de la scène artistique, en particulier en Allemagne, aux Etats-Unis et au Japon. Lauréat de plusieurs prix internationaux, l’artiste, dont les œuvres figurent parmi les plus grandes collections du monde, vit et travaille à Malakoff.

 

Heinz Peter Schwerfel, critique d'art et cinéaste, réalise depuis 1985 des portraits filmés d'artistes qui ont été primés à de nombreux festivals. Entre autres, il a travaillé avec Georg Baselitz, Jochen Gerz, Rebecca Horn, Alex Katz, Jannis Kounellis, Annette Messager, ou Bruce Nauman. 

    VOIR AUSSI :

 

Annette Messager, pudique et publique

 

Le monde selon Kapoor

 

 

Daniel Buren au Grand Palais



Partagez