GRAINES D’ETOILES

Une année au cœur de l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris, de septembre 2011 à juillet 2012.

 

Françoise Marie, réalisatrice familière du monde de l’enfance, propose un regard aigu tant sur cet univers, avec ses codes, ses enseignements d’excellence et d’exigence, que sur la mue de l’élève en artiste, le passage de l’enfance à l’adolescence et au monde adulte.

Une chronique documentaire écrite et réalisée par Françoise Marie

 

Schuch Productions / Arte France / Opéra national de Paris / NHK

Avec la participation de TV5 MONDE

 

6x26'

 

Diffusion sur Arte dimanche 21 et 28 avril à 16h20

 

Diffusion sur TV5 du 25 novembre 2013 au 11 décembre 2013 à 21h

 

Disponible en dvd (Arte Editions) et VOD

 

A découvrir aussi : le webdoc "De l'élève à l'artiste"

 

A consulter : une sélection de la revue de presse de la série : 



TELECHARGER LE PDF

 

L’Ecole de Danse de l’Opéra national de Paris, fondée il y a 300 ans, est aujourd'hui un lieu mythique, de réputation internationale.
Elle s’est trouvée pendant 150 ans au cœur même du prestigieux Palais Garnier à Paris. Aujourd’hui, l’école se trouve à Nanterre, en banlieue parisienne, dans un lumineux bâtiment signé Portzamparc. Elle compte 130 élèves âgés de 8 à 18 ans, portés par un même désir : danser un jour dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris.
Témoin privilégié, la caméra de Françoise Marie les a accompagnés le temps d’une année scolaire.

Cette chronique de la vie de l'Ecole est composée en six épisodes dévoilant l'étonnante mécanique de précision qui va conduire les élèves aux portes du corps de ballet. L'année déroule une alternance de moments de repli et d'absorption dans une routine de travail et de moments éprouvants et exaltants de montée sur scène.
Les personnages, ce sont les petits, ceux dont on s'étonne que si petits, ils soient déjà si déterminés;  ce sont aussi les grands, ceux qui à 16 ans sont déjà professionnels; ce sont leurs professeurs, souvent danseurs étoiles, ainsi que tout ceux qui veillent sur ce monde à part. Glisser autour d'eux, se retourner sur un passage, suivre un déplacement et dévoiler par touches visuelles, impressionnistes, l'ambiance de ces lieux... c'est ainsi, peu à peu, s'immerger dans l'univers de la danse classique, son exigence et ses enjeux.

Car l'École de Danse de l'Opéra de Paris se doit d'être le creuset d'une vitalité artistique qui lui assurera sa pérennité. Alors, veillant jalousement sur les répertoires de la danse classique en faisant de ses élèves les héritiers d'un patrimoine, elle s'attache également à les préparer aux ballets contemporains
Ainsi, entre tradition et création, invitant chaque élève à se distinguer et à trouver sa voie d'artiste tout en obligeant à l'esprit de groupe nécessaire au corps de ballet, l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris est aussi un lieu où se jouent des questions qui touchent au développement et à l'épanouissement de l'individu.

 

Françoise Marie, réalisatrice familière du monde de l’enfance, propose un regard aigu tant sur cet univers, ses codes, ses enseignements d’excellence et d’exigence, que sur la mue de l’élève en artiste, le passage de l’enfance à l’adolescence et au monde adulte.

 

 

Retrouvez aussi la série et des séquences inédites dans le webdoc "DE L’ÉLÈVE A L'ARTISTE" sur le site d'Arte Live Web.

 

 

 

 

 

Episodes :

 

1-     La rentrée

 

Septembre 2011. Une nouvelle année débute à l’Ecole de Danse de l’Opéra. 130 enfants âgés de 8 à 18 ans. Il y a ceux dont c’est le premier jour. Il y a ceux qui retrouvent avec satisfaction un univers familier. Il y a ceux qui viennent de loin, voire de très loin : Italie, Finlande, Chine…

Chaque matin, à 8 heures, dans le bâtiment dédié à la scolarité, les élèves de l’Ecole grimpent les marches qui vont les mener de l’école primaire à la terminale.  L’après-midi est, lui, dédié à la danse. Dès la rentrée, à peine achevé le discours de bienvenue prononcé par la Directrice et danseuse étoile, Elisabeth Platel, l’école entre en effervescence, avec la préparation du défilé : chaque année depuis 1949, le corps de ballet et l’école de danse défilent ensemble sur la grande scène de l’Opéra Garnier, sur l’air d’une marche militaire composée par Hector Berlioz. En faisant leurs premiers pas sur scène, les petits rats goûtent au paradis…

 

2-     Au travail !

 

En participant au défilé du corps de ballet de l’Opéra national de Paris, les élèves ont éprouvé le sentiment d’appartenir à cette grande maison. Pourtant, rien ne peut les assurer qu’ils seront là l’année prochaine et qu’ils côtoieront encore les étoiles qui les font rêver… Pour rester dans cette école, ils devront savoir digérer les critiques, adhérer à l'exigence, aux horaires, supporter l’effort quotidien, l’éloignement de leur famille, se responsabiliser. Au fil des cours, ils vont apprendre de leurs professeurs, héritiers d'une longue tradition, une technique et un style. En effet, depuis 300 ans, les maîtres transmettent à leurs élèves les échauffements, les exercices, les conseils qu’ils ont eux-mêmes reçus de leurs maîtres…d’étoiles à graines d’étoiles. Des exigences de discipline, de port de tête, de port de bras, de bas de jambes, qui rendent reconnaissable dans le monde entier le style « Opéra de Paris ».

 

3-     Les progrès

 

Pirouettes, tours attitudes, brisés volés, cabrioles... C’est l’automne et quelque chose se prépare à l’École de Danse de l’Opéra de Paris, qui va la mobiliser toute entière. En décembre, chaque division va présenter sur la scène du Palais Garnier, un peu de son travail quotidien, pour un rendez-vous attendu du public : les démonstrations de l’École de Danse. L’enjeu est important. Dans le public, amateurs et professionnels scrutent en détail les exercices et les progrès des élèves.
Parmi tous les enseignements dispensés, cet épisode ce consacre aux plus inédits: chez les grands, les premiers cours d'adage, dans lesquels ils apprennent les pas de deux; chez les petits, les cours d'expression musicale où ils ressentent l'importance du premier pas sur scène et s'essaient aux exercices qui vont développer leur créativité.

 

4-     Un monde à part

 

Les vacances de Noël sont terminées. Les applaudissements qui ont salué les démonstrations des élèves au Palais Garnier sont rangés parmi les beaux souvenirs.

Nourris d'enseignements riches et variés allant de la danse folklorique à la danse de caractère, de la danse contemporaine à l’étude de chorégraphies, c'est dans un cocon formateur et protecteur que les garçons et les filles vivent leurs années d’adolescence. Pourtant le chemin des étoiles est étroit: n’être ni trop gros, ni trop maigre, ni trop petit, ni trop grand, exceller en danse, mais aussi préparer son baccalauréat, cela laisse bien peu de place aux rêves et turbulences de l’adolescence…
Les élèves se sentent dans une bulle, à la fois protégés, mais aussi parfois enfermés, expérimentés mais aussi à l'écart de la réalité.
Une fois par an, les portes de la bulle s’ouvrent aux enfants des autres écoles, pour les "Démonstrations Jeune Public"; se joue alors un jeu de regards entre deux mondes et deux jeunesses.

 

5-     En scène

 

Des costumes, des personnages, voici venu le printemps et le temps des ballets. Le temps pour les élèves de briller comme de vrais professionnels.

Les petits vont participer aux côtés des étoiles à l’un des spectacles de la saison, « La Bayadère », donné sur la grande scène de l’Opéra Bastille.
Les grands se partageront les rôles dans les trois chorégraphies présentées au très attendu « spectacle de l’Ecole de Danse » qui aura lieu comme chaque année à l’Opéra Garnier :
- « Le Bal des Cadets », une chorégraphie pétillante qui met en valeur les qualités techniques et leurs talents d’acteurs de chacun.
- « Symphonie en trois mouvements », chorégraphié par Nils Christe, invité par l’école à monter ce ballet aujourd’hui dansé dans le monde entier.
- « Variations », pièce de Johannes Brahms dont Violette Verdy, ancienne Directrice de la Danse à l’Opéra de Paris et danseuse étoile de Balanchine a conçu la chorégraphie.

Cette fois, il s’agira d’aller plus loin, d’endosser des rôles, de devenir des personnages, en costume, dans des chorégraphies renommées : d’être des artistes.

 

6-     Le temps des épreuves

 

À l’École de Danse de l’Opéra de Paris, le mois de mai annonce le temps des épreuves.
Tous les élèves doivent passer un examen pour accéder à la classe supérieure. La véritable inquiétude n’est pas le redoublement, mais le renvoi…
Mais pour les élèves de dernière année, se joue l’étape décisive du concours d’entrée dans le corps de ballet. Les candidats qui ont moins de 18 ans pourront éventuellement rester une année de plus pour retenter le concours l'année d'après. L'enjeu est décisif pour ceux qui vont avoir 18 ans. Cette année, l'Opéra de Paris ne recrute que 4 danseurs!

En plus des préparations au concours et au baccalauréat, les grands doivent aussi, comme chaque année, encadrer les jeunes pour l'organisation de la fête de l'école!

C'est de l’extérieur, sur les feuilles de résultats affichées sur la porte de l'école ou sur une vitre de l'entrée des artistes de l'Opéra Garnier, que les jeunes danseurs apprennent s’ils seront admis à rester à l’École de danse l’année prochaine, et que les plus grands découvrent le tournant que va prendre leur vie...

 



Partagez